Meribel-Les-Allues ; Une histoire, une architecture, un patrimoine

   Méribel-Les-Allues est une station de sports d’hiver savoyarde datant d’avant-guerre. Située sur le territoire communal des Allues, la station se trouve au cœur du domaine skiable des 3 Vallées et regroupe les stations de Courchevel, de La Tania, de Méribel, des Menuires-Saint Martin, de Val Thorens et d’Orelle.

La station de sport d’hiver de Méribel-Les-Allues a été créée par le Colonel Ecossais Peter Linsay. Après avoir visité la ville des Allues pour la première fois en 1936, Peter Lidsay décide de créer une entreprise immobilière pour développer la station. En 1938, le premier téléski est inauguré au-dessus des Allues, à l’endroit où l’on trouve aujourd’hui le refuge du Club Alpin Français.

 L’année suivante, débute la construction des premiers hôtels. Pendant cette période, les skieurs sont  remontés en télé-traineau, un traineau à moteur à 31 places.

Télé traineau 31 place. Méribel-les-Allues 1939

Télé traineau 31 place. Méribel-les-Allues 1939

Le développement de la station est suspendu pendant la guerre. Quand cette dernière pris fin, Peter Linsay  fait appel à des architectes de renom pour continuer le développement de la station :  Paul Grillo, Grand Prix de Rome (1937), et son partenaire Christian Durupt. Ils imaginent alors des constructions respectant le style savoyard avec murs en pierre et en bois ainsi que des toits inclinés en ardoise.

En 1950, la télécabine Burgin-Saulire est construite pour relier la station de Courchevel à Méribel. Plus récemment, en 1992, Méribel accuilla les jeux Olympiques d’Albertville.  Pour cette occasion, la télécabine de l’Olympe a été édifiée et a permis de relier les villages de Brides-les-Bains, Les Allues, le Raffortet Méribel au domaine skiable. De nombreuses habitations laissées à l’abandon ont également été reconstruites la même année.

La famille Lindsay continue à détenir une participation financière dans les équipements de la ville et les petits-enfants du Colonel skient toujours dans la station. Les cendres de Lindsay et ceux de sa femme sont dispersés sur la montagne Burgin.

Aujourd’hui, environ 2000 personnes vivent en permanence dans la commune des Allues et le nombre d’habitants peut grimper jusqu’à 30 000 lors de la saison hivernale.